Que veut vraiment dire “faire son deuil” ?

photo-paysage-noir-blanc-lac-montagne

Sommaire de l'article

Bonjour à tous,

Quelle est la définition de “faire son deuil” ? Vous en avez une et, j’en ai une qui m’est propre, mais que se cache-t-il derrière cette expression qui peut faire peur ? Quelles sont les personnes impactées ? De quoi fait-on son deuil ? Comment fait-on le deuil ? Il existe tellement de questions et de croyances autour de cette expression que je vous propose de les aborder ici et maintenant.

1 – Alors ça veut dire quoi “faire son deuil” ?

On a tous entendu cette expression et elle veut dire tout un tas de choses en fait ;-). Déjà, la première chose, cela veut dire qu’on a subi une perte définitive. Cette perte peut être matérielle, immatérielle et humaine. C’était quelque chose (ou quelqu’un) à laquelle on avait un sentiment d’attachement profond. Cet attachement à cette chose (ou cette personne) qui n’est plus présente provoque un manque, un vide, un sentiment de tristesse, de la souffrance, de la solitude, des regrets, de la colère, de la peur, des larmes, des souvenirs, des difficultés, mais également un renouveau. On parle ici du processus du deuil ou encore des étapes du deuil.

Savez-vous que selon une étude CREDOC-EMPREINTES-CSNAF réalisée en  2019, portant sur 3377 adultes de 18 ans et plus :

57% pensent que faire son deuil n’est pas oublié, contre 5% qui pensent le contraire. Retenons également que 5% n’ont pas su répondre ou voulu répondre.

Parmi la proportion des 57% il est à noter que cela représente 64% de femmes.

Nous devenons endeuillés. Cette situation est (peut être) subie et il aura fallu un certain temps pour l’analyser, la concevoir, la tolérer, la comprendre et finalement faire avec pour ne pas dire l’accepter. D’un passé où “on avait quelque chose” on passe à un présent où “on se retrouve sans ce quelque chose” pour se tourner vers un avenir qui sera forcément “différent”. Le deuil est une perte définitive.Cela veut dire reprendre sa vie, sans oublier. Cela veut aussi dire de clore le chapitre de ce livre de vie avec celui ou ce qui n’est plus pour commencer (à vouloir) à écrire de nouveaux autres. Tout en étant à tout jamais différent(e), continuer à vivre et apprendre de nouveau à aimer la vie.

2 – De quoi ou de qui, peut-on faire le deuil ? 

Faire le deuil n’est pas que celui d’un être cher, mais bien celui d’une foultitude de choses, de situation financière, géographique, professionnelle, de personnes encore vivantes, de personnes décédées… Un deuil n’est pas forcément lié à la mort, c’est aussi un sentiment que l’on éprouve.

On peut faire son deuil à propos de différents sujets : 

  • de son amoureux parce qu’il ne veut plus être notre amoureux et le lien est rompu, 
  • de sa maman qui nous a quitté de sa belle mort dans son sommeil après belles années, 
  • de son papa qui est mort d’une longue maladie sur son lit d’hôpital, 
  • de son conjoint qui est partie avec une autre
  • de son collègue de travail avec qui on avait l’habitude de discuter autour d’un café,
  • d’un animal, celui qui a vécu avec nous une partie de notre enfance et qui connaît tous nos secrets, 
  • de sa voiture à laquelle on tenait tant, car c’était notre première voiture qu’on s’était acheté avec notre propre argent, 
  • de son travail, car l’on vient de partir à la retraite, 
  • de sa maison de famille car nos parents ne sont plus et qu’il n’est pas possible de garder, 
  • d’une amitié qui vient de se terminer on ne sait pas trop pourquoi ni comment, 
  • des vacances qui viennent de se terminer et où l’on doit reprendre le travail sans savoir quand seront les prochaines, 
  • du temps qui passe, effectivement, le temps qui passe n’épargne pas les signes de l’âge, même si on se maintient en forme, tout n’est plus faisable, rides apparaissent, quelques cheveux blancs, des taches de vieillesse, une souplesse moindre… Il existe bien des subterfuges mais…
  • d’aller au bureau chaque jour, nombre d’entre nous sommes contraints de télétravailler pratiquement 5j/5j depuis la covid
  • d’aller au restaurant, cette situation restera temporaire hein 😉
  • de son mariage, car les enfants partis, le couple n’est plus le même et on finit par se séparer à ne plus avoir les mêmes centres d’intérêt
  • de sa situation financière, car on vient de partir à la retraite et nos revenus ne sont pas complètement garantis par notre couverture principale
  • de sa situation géographique, on vient d’accepter cette mutation/promotion à 300 km de là
  • de sa vie d’avant, après une perte la vie n’est plus jamais la même, elle continue mais différemment

Bien entendu cette liste est non exhaustive et je pourrais rajouter de nombreux autres exemples de choses ou de personnes pour lesquelles nous pourrions faire notre deuil. 

Selon une étude CREDOC-EMPREINTES-CSNAF réalisée en  2019, portant sur 2980 adultes de 18 ans et plus :

  • 39% sont en deuil de leur père ou de leur mère,
  • 22% sont en deuil d’un grand-parent,
  • 13% sont en deuil d’un parent proche,
  • 10% sont en deuil d’un ami,
  • 7% sont en deuil d’un frère ou d’une soeur,
  • 5% sont en deuil d’un conjoint,
  • viendront sur de plus petites proportions, autour de 1% chacune un collègue de travail, son enfant ou autre.

Et ici on ne parle pas du deuil de notre animal de compagnie !

Enfin, il est intéressant de noter que lorsque notre deuil est lié à une personne : 

  • 50% des Français pensent qu’on ne s’en remet pas,
  • 53% des personnes interrogées pensent que leur deuil ne se terminera pas,
  • 26% des personnes interrogées pensent que le deuil se terminera un jour.

3 – Comment faire son deuil ?

La grande question que tous ceux qui sont en deuil se pose… Il n’y a pas une solution clé en main, mais toute une multitude d’éléments combinés qui vont faire en sorte que le deuil avance et s’apaise.

  • Le temps, l’expression “Laisser le temps au temps” semble une phrase un peu archétypique, mais elle a tout son sens dans notre chemin de vie. Si c’est bien un moment où on ne va pas se fixer une deadline c’est ici.
  • Accepter ses émotions, sa stupeur, sa colère, sa tristesse, sa peur. Les refouler ne fera que repousser son cheminement,
  • Pardonner à la personne qui est partie si on parle d’une personne et se pardonner à soi,
  • Se faire aider à une solution pour avancer dans le deuil, l’écoute du monde associatif, l’accompagnement des coachs, l’analyse des psys,
  • Accepter qu’il va y avoir autre chose, de différent, d’inconnu, qui peut nous faire peur, mais qu’il y aura un après.

On a le droit de se fermer à un certain avenir durant une certaine période, mais se fermer pour toujours ne peut pas être. C’est refuser de vivre. Là, c’est une chose sérieuse qu’il ne faut pas prendre à la légère, une aide est indispensable.

Peu de gens vous demanderont où vous en êtes dans votre deuil.  Si cette question venait à sortir, elle voudrait dire énormément de choses dont on n’a pas vraiment toute la portée ;-). 

  • Ça veut dire es-tu prêt(e) à rencontrer quelqu’un d’autre dans le cadre d’une séparation* ou d’un décès,
  • Cela veut aussi dire es-tu prêt(e) à chercher un autre travail ?
  • Cela veut dire es-tu prêt à revivre à nouveau et dans “revivre” il y a vie.

* Car oui, la séparation est une perte car le lien n’est plus, il a été brisé, on peut vouloir croire qu’il ne le sera que de manière temporaire mais il peut le devenir de manière définitive. On devra se reconstruire à travers les étapes du deuil.

Aucune solution type, vous êtes unique, votre deuil est unique. Une chose est sûre, vous détenez le trousseau de clés pour ouvrir les portes et mieux vivre. Prenez le temps de rechercher ce trousseau, de faire des essais, de vous faire aider peut-être, mais ouvrez une porte. Faire son deuil, c’est avoir une perte, digérer la nouvelle et aller de l’avant à nouveau. 

Cet article vous à plu ? Lisez aussi l’article sur le don du corps à la science.

Source : Credoc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *