Être en deuil de son animal de compagnie, réalité ou fiction ?

photo-jeune-chat-chien

Sommaire de l'article

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je souhaite aborder avec vous dans ce nouvel article, le deuil d’un animal et plus précisément le deuil de notre animal de compagnie. Qui a dit que perdre son animal de compagnie ne provoque pas un deuil ? Qui a dit qu’on ne pouvait pas souffrir de la perte de son animal ? Que représente notre animal de compagnie pour nous mettre dans cet état lorsqu’il s’éteint ? Autant de questions que je vais tenter d’aborder dans cet article.

1 – Que dire sur le deuil de son animal de compagnie ? 

Il n’y a pas que chez les êtres humains pour qui le cycle de la vie s’interrompt. Tout être vivant se plie à ce parcours de vie et de mort. Avec eux aussi le deuil existera, car notre lien pouvait être fort, très fort même. Une relation pleine de sens qui ne donne pas plus de sens à la mort. Vous avez certainement dû entendre un jour ou l’autre “mon animal de compagnie est mort”. Et très certainement que, vous aussi, un jour, votre chien est mort ou alors c’était peut-être votre chat ou encore un autre animal. 

Est-ce que faire le deuil de son chien paraît absurde

Est-ce que faire le deuil de son chat parait stupide ? Tout comme chaque deuil, nous devons passer par plusieurs étapes pour accepter sa mort.

Bien sûr que non! Que représentent-ils pour nous ? N’étaient-ils pas des êtres vivants ? Peut-être qu’ils étaient pour nous plus humains que d’autres humains. Sûrement qu’ils étaient là pour nous câliner quand nous en avions besoin. Peut-être qu’ils ont été là dès l’enfance pour nous accompagner, mais aussi jouer, voire être notre confident. Peut-être qu’ils ont été à une période de notre vie notre meilleur ami. 

Est-ce que parce qu’ils ne parlent pas ils ne nous comprennent pas ? Bien sûr que non! La preuve en est l’éducation que l’on peut lui inculquer avec des demandes simples, un peu comme ce que l’on apprend à nos enfants en bas âges. D’ailleurs ne sont-ils pas un autre membre de la famille ? Un nouvel “enfant” une fois que les enfants sont partis de la maison ? Un “enfant” quand aucun enfant n’a été accueilli dans le foyer… La correspondance est grande. Ce qui est sûr, c’est qu’il était un compagnon de vie.

Être en deuil de son animal de compagnie, c’est simplement avoir perdu un être auquel on tenait. Un être avec qui nous avions un attachement profond. Un être qui nous a possiblement vu grandir et que nous avions vu grandir à notre tour. Un être que nous aimions tout bonnement. Et la mort vient briser ce lien!

2 – Mon histoire personnelle avec la perte de mon animal de compagnie

J’ai eu plusieurs chiens dans ma vie, de l’enfance à l’adolescence, au sein du foyer de mes parents qui avaient une maison. Pour la dernière qui s’appelait Brunette, que l’on avait choisie à sa naissance dans un élevage avec mon papa, ça a été très difficile au moment de son départ. Vu que nous l’avons eu toute jeune, juste après son sevrage, elle a représenté mon premier bébé. Je l’ai vu grandir, faire des bêtises, apprendre, jouer, vieillir et puis mourir

Elle a été ma complice, celle à qui je passais presque tout. Avec elle j’avais gardé les manies de sa jeunesse 😉 mais un boxer adulte est bien moins facile à caser sous son pull pour faire la sieste :-p. Elle reconnaissait ma voix au téléphone, reconnaissait ma voiture, mon pas… Quand elle est partie, cela a été un déchirement. J’ai pleuré de très grosses larmes, et je lui ai même rendu hommage sur facebook. Elle comptait autant qu’une personne. Aujourd’hui encore je garde sa photo avec moi dans mon portefeuille, elle restera à tout jamais mon “crapaud des îles” comme je l’appelais.

3 – Pourquoi il n’y a aucune absurdité à être en deuil de son animal de compagnie

Je crois que l’amour que l’on porte à ces compagnons, l’attention qu’ils nous donnent en retour, mérite autant un deuil que celui d’un humain. Ils étaient, eux aussi, uniques. Notre relation était unique. Ce lien d’amour ne pourra pas être le même avec aucun autre animal. Dans cette situation de perte, les jouets, les ustensiles, son tapis, sa niche, ou encore les doudous ne doivent pas être transmis à un autre animal. 

Chacune de ces choses avaient été achetées ou réalisées pour lui. Il paraît difficile de s’en séparer, mais malgré tout il convient de les écarter de nos yeux et quand on sera prêt alors on s’en séparera. Notre animal est désormais présent uniquement dans notre cœur, inutile d’avoir ces objets qui nous rappellent sans cesse qu’il n’est plus là où qu’il a été là. Les garder un temps n’est pas non plus une chose inconcevable, savoir prendre son temps dans son deuil, c’est le seul mot d’ordre. Allez à votre rythme.

On ne pourra pas l’oublier, c’est impossible. Il nous a accompagnés durant de longues années. Il a su combler un certain vide dans nos vies. Des habitudes se sont créées avec lui mais également grâce à lui. Il a pu être le garant de notre bien être grâce à sa simple présence et de son écoute. Nous avons été, nous aussi, le garant de sa santé, de sa sécurité et de son bien être. Peut-être est-il mort de sa belle mort, peut-être a-t-on dû faire appel au vétérinaire pour abréger ses souffrances. 

Des décisions pas facile à prendre, mais par amour on fera le choix d’une mort douce et sans douleur. Ce n’est pas tant le choix de sa mort que nous faisons, mais bien le choix de son bien être. On prendra ce temps de chemin de deuil. Et puis, peut être, à un moment donné de nos vies, nous serons à nouveau prêts à donner tout cet amour à un autre animal. Créer un nouveau lien. Une nouvelle complicité. Ne pas fermer son avenir sur le passé.

Je vous partage ce site pour rendre un dernier hommage à nos compagnons : rendre un dernier hommage

Souvent on fait face, avec son entourage, à l’incompréhension par rapport à ce que l’on vit. N’a-t-on jamais entendu “mais c’était qu’un chien quand même… ” ou encore “c’est pas un humain non plus n’exagère pas!”. Cet animal nous a accompagnés pendant un grand nombre d’années.  Il a fait un bout de chemin avec nous. Comment ne pas avoir tissé un lien fort avec lui !?! 

Alors oui, on peut être en deuil de son animal de compagnie. N’ayez pas honte de le dire. Assumé avec fierté, vous l’aimiez et il vous aimait en retour. Peu importe ce que les autres peuvent bien penser!

Souffrir de cette perte est normal, prendre le temps pour avancer vers un mieux être est normal également. Aujourd’hui ce deuil doit se digérer, se comprendre et s’accepter. Si l’acceptation ne finit pas par venir au bout de quelques années, c’est qu’il peut être temps de se faire aider. 

Faites un pas vers le mieux être avec mon accompagnement, la 1ère séance sera toujours offerte et sans engagement. Le deuil de son animal de compagnie ne doit plus être mal vécu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *