Réfléchir à sa mort, une hérésie ?

enfant-dans-avion-carton-sur-pile-de-livre-pret-a-sauter

Sommaire de l'article

Souvent, on ne choisit pas sa mort, néanmoins on peut prévoir sa fin de vie, qu’est-ce que vous en pensez ? Tout au long de notre chemin, on se construit une voie. Mais oui, la vie n’est qu’une construction dont la mort en est le point final. 

1 – Réfléchir à sa mort : C’est quand et quoi ?

Dans certaines circonstances, quand la maladie nous engloutit doucement, on a le temps de choisir sa fin de vie et de, peut-être, en parler librement/doucement autour de soi. Après, cela doit rester une envie et non une contrainte 😉 Dans bien des cas, on n’a rien le temps d’organiser, car la grande faucheuse nous a pris sans qu’on l’en ait invitée !

Du coup, n’est-il pas temps de prendre ces dispositions avant la maladie et la faucheuse ? N’est-il pas temps d’en parler à ses proches et de, probablement même, s’organiser avec une somme d’argent dédiée aux dépenses funéraires et, pourquoi pas encore, choisir aussi sa dernière “maison et ses habits” ? Est-ce qu’il est bien d’en parler aussi autour de nous, à nos proches, à nos amis ?  Moi, j’en suis convaincue. Parce que quand vous ne serez plus là, eux, ils y seront encore ! Alors comment faire, mais aussi quoi faire… Je parle de ceux qui doivent organiser les obsèques et autres suites. Ce sont des questions dont on se passerait bien de trouver/choisir des réponses, surtout dans ce moment-là et je sais de quoi je parle 😥😭😱

En 2019, selon l’étude “Les Français et les obsèques, CSNAF-CREDOC 2005, 2007, 2009, 2014, 2019” :

  • 52% n’avaient pas laissé ou ne laisseraient pas d’instructions aux proches
  • 18% avaient laissé des instructions non complètes 
  • 29% en avaient laissé des très complètes. 

Quand même ! Ça fait plus d’1 français sur 2 qui laisserait ses proches se débrouiller… Moi, je trouve cela rude. Dans quelle tranche de pourcentage vous situez-vous ?

Selon cette même enquête, voici les pourcentages obtenus à la question “Quelles personnes de votre entourage seraient susceptibles de prendre les décisions concernant vos propres obsèques”

  • 66% répondent les enfants
  • 56% répondent le conjoint
  • 37% répondent d’autres membres de la famille
  • 31% s’en fichent
  • 13% répondent des amis ou relations

Sur le marché, il existe une foultitude de prestataires et d’offres qui semblent toutes plus appropriées à notre demande ! Je ne vais pour vous dire laquelle choisir parce que ce serait pure folie que d’avoir étudié tout ce qui pouvait exister et de faire un choix à votre place ! Néanmoins, j’ai trouvé ce comparateur, car j’aime bien les comparateurs 😉 et je m’en sers assez souvent (des comparateurs 😉) quand arrive notamment le moment de renouveler un contrat avec un fournisseur. 

Ce que vous devez savoir, c’est qu’il existe seulement 2 options en France, qui répondent à la question de “quoi faire de notre corps après la mort ?”. Il s’agit de l’inhumation et la crémation. Sachez, en outre, que pour ces 2 options, toujours en France 😉, il existe une obligation qui est de placer le défunt dans un cercueil. Ça, c’est la loi

Si vous avez des envies écologiques, je vous laisse découvrir cet article de blog que je trouve très complet et qui traite du cercueil écologique.

a – Inhumation

Inhumation : Action d’inhumer – Inhumer : Mettre un mort en terre avec les cérémonies qui l’accompagnent. Ce sera la dernière étape dans l’organisation des obsèques.

En France, c’est l’un des 2 moyens que l’on propose pour reposer en paix. D’ailleurs, d’où peut bien venir ce choix du terme de “repos” pour ce dernier voyage 🤔. Mes premières réflexions sont : – Repos parce qu’on est allongé ? – Repos parce qu’autour de nous, les gens qui nous voient on l’impression que l’on dort ? – Repos parce que c’est ce qui arrive à sa vie, elle est mise au repos ?

Bon, après recherche, cela vient du latin “requiescat in pace” extrait d’une longue prière chrétienne qui invite l’âme du défunt à reposer en paix.

Dans le numéro CREDOC N° 307 • ISSN 0295-9976 • octobre 2019, il a été répondu par des personnes entre 18 et 39 ans, sur le choix entre Inhumation ou crémation :

  • 48% pour la crémation
  • 33% pour l’inhumation
  • 19% ne savaient pas

⚠ Attention, car le défunt ne peut pas être mis en terre n’importe où ni n’importe comment. Cela pourra se faire notamment dans un cimetière communal au sein d’une concession funéraire. C’est un espace que l’on va louer auprès de la mairie, un emplacement type tombe, caveau, enfeu ou cavurne/columbarium.  

En quelques lignes, voici pour vous aider à connaître/comprendre chacun de ces termes : 

  • Tombe, c’est en pleine terre, on peut avoir plusieurs emplacements de cercueil, et on creuse pour les (le) déposer. Le cercueil repose dans la terre
  • Caveau, c’est une fosse maçonnée en pleine terre au sein d’un cimetière dans lequel on viendra déposer un ou plusieurs cercueils. Le cercueil n’est pas directement dans la terre
  • Cavurne, c’est un petit caveau dans un cimetière qui sert à conserver une ou plusieurs urnes
  • Enfeu, c’est un caveau hors sol 

On peut aussi, selon certaines autorisations, enterrer son défunt sur sa propriété, mais ⚠  attention, car il y a la question du “et si on vend, il se passe quoi après ?”🤔

Est-ce que vous saviez que 90% des cercueils sont faits de bois ? D’ailleurs, on dit que c’est le matériau traditionnel. Et qu’il s’agirait de la plus écologique des solutions en termes de construction de cercueils. 😯

J’ai découvert que c’est seulement après quelques semaines que les vers commencent à dévorer le corps et que jusqu’à 60 % de ce même corps peut être digéré en une semaine ! Ben dis donc… Il paraîtrait même qu’un corps, lorsqu’il est enterré, ses os sont conservés plusieurs millions d’années. D’autres l’ont constaté 😉. J’imagine que c’est à ce moment-là qu’on va pouvoir utiliser “poussière, tu retourneras à la “poussière” 😉

Il y a toute une législation qui entoure le cercueil, on ne va normalement pas utiliser le même pour être inhumé que celui pour être incinéré. Et, saviez-vous qu’il en existe 4 formes, alors, pour vous, ce serait laquelle : Parisienne – Lyonnais – Tombeau – Coffre. Et pour le matériau, vous savez ? Non parce que là aussi, on n’est plus obligé de choisir ce bon vieux bois en fait 😉…

Et en plus, j’ai découvert qu’on n’a même aucune obligation de prendre un capiton dans le catalogue du centre funéraire ! Oui, on a complètement le droit de vouloir présenter la personne décédée dans les draps qu’elle adorait ou tout autre linge que l’on désire. Et c’est, en fait, comme cela avec tous les accessoires “non obligatoires” qui vont avec le cercueil. Et oui 👍

Voici une idée fabuleuse par rapport à la personnalisation de cercueils. Cette société m’a particulièrement touchée par son histoire. Ils réalisent des personnalisations par covering intégral. Le cercueil est, en effet, intégralement recouvert d’un adhésif, mais ce n’est pas tout ! Les poignées et cache-vis sont également travaillés. Ils disposent d’un catalogue et peuvent aussi faire des créations. La société dont je vous parle se nomme CJ CREATION. Comme vous pourrez le découvrir, leur répertoire est basé sur une certaine symbolique. 

Si ce type de création vous intéresse et que vous savez déjà avec quelles pompes funèbres, vous allez travailler, alors parlez-leur en (aux pompes funèbres). Car cette société travaille exclusivement avec eux et pas directement avec les particuliers donc 😉.

Revue CREDOC N° 307 • ISSN 0295-9976 • octobre 2019, parmi les 18-39 ans, qui ont répondu cette fois-ci à la question “Pour quelle raison principale préféreriez-vous une inhumation” : 

  • 30% pour convictions religieuses
  • 38% pour la tradition familiale
  • 11% pour des raisons naturelles (le corps retourne à la terre sans autre transformation)

Pour terminer ce point sur l’inhumation, sachez que dans chaque cimetière on peut se faire enterrer gratuitement par la commune. 👍

b – Crémation

La crémation, c’est avant tout une technique funéraire qui consiste à brûler, réduire le corps d’un défunt en cendre. Elle sera réalisée exclusivement dans un crématorium. Par le passé, cela avait été utilisé pour éliminer les chairs, car celles-ci constituaient un risque de contagiosité. 😲

Selon l’étude “Les Français et les obsèques, CSNAF-CREDOC 2005, 2007, 2009, 2014, 2019”, pour l’année 2019, en réponse à la question “Pour vos propres obsèques, envisagez-vous plutôt une inhumation ou une crémation” :

  • 31% ont répondu l’inhumation
  • 51% ont répondu la crémation
  • 17% ne savaient pas
  • 1% ont dit “autre”

Ça fait 1 français sur 2 favorable à la crémation 😲

À l’issue de la crémation, les cendres sont déposées dans un sac cinéraire qui est en plastique ignifugé. Ce sachet pourra ensuite être mis à l’intérieur d’une urne. Car, là aussi, l’achat d’une urne n’est pas obligatoire qui plus est dans le cas de la dispersion des cendres. Sachez que l’urne devra être munie d’une plaque indiquant l’identité du défunt et le nom du crématorium. ⚠ Attention, parce que depuis 2008, on ne peut plus garder les cendres à la maison

Si vous ne savez pas quoi faire des cendres ou n’arrivez pas à trancher faute de souhait indiqué par le défunt, le crématorium peut garder les cendres/l’urne pendant 1 an. Passé ce délai, il y aura dispersion dans un espace dédié dans le cimetière de la commune ou le site cinéraire le plus proche. 

Maintenant, j’ai envie de vous poser la question, une urne est-ce que ça doit être forcément tout pareil et tout “moche” ? Bien sûr, j’exagère un peu le trait, mais si vous faites une recherche sur internet en tapant « Urne », ce n’est pas forcément hyper sexy… Pourtant, il existe des indépendants qui proposent des choses différentes…😲

Prenez, par exemple, Matéo qui est plasticien, il réalise avec Shuling, des urnes et autres accessoires en porcelaine. Tout commence par un entretien préalable à l’issue duquel un modèle pourra être inventé rien que pour vous 😮. Cela démarre avec le besoin exprimé. Leur réflexion est de partir du rituel pour aller vers l’objet.

Dans le numéro CREDOC N° 307 • ISSN 0295-9976 • octobre 2019, les 18-39 ans ont répondu à la question “Pour quelle raison principale préféreriez-vous une crémation” 

  • 17% pour des raisons écologiques
  • 29% pour ne pas embarrasser la famille
  • 5% pour des convictions religieuses

Enfin, pour clore ce chapitre, sachez que la dispersion des cendres, si vous faites ce choix-là, est soumise à des règles et autorisations. Si vous faites le choix de la dispersion dans la nature, par exemple à la montagne, dans une forêt, dans un champ ou encore en pleine mer, il convient alors de faire une déclaration à la mairie du lieu de naissance du défunt en donnant l’identité du défunt, la date et lieu de dispersion des cendres. Ces informations seront inscrites sur un registre spécifique. ⚠ Attention, car pour les fleuves et rivières, la dispersion des cendres est interdite. Elle est cependant autorisée en pleine mer avec une déclaration qui s’effectue auprès du maire de la commune de mouillage de départ du bateau. 

Et pour vous, alors, quel choix ?

c – Quoi d’autres ?  

Il faut savoir que la loi française n’autorise que les inhumations, les créations ou le don du corps à la science. Du coup ça laisse peu de possibilité pour d’autres procédés 😕 

Néanmoins, sachez qu’aux États-Unis ou en Russie, il est autorisé d’être cryogénisé. Et oui, la science-fiction nous a rattrapé 😁. James Bedford fut le 1er en 1967 à être conservé par ce procédé et il ne sera que le premier d’une longue série, car on compte déjà plus de 3000 personnes cryogénisées à ce jour. La cryogénisation est fondée sur l’idée de conserver une personne décédée afin de possiblement pouvoir la réanimer dans un futur proche, une fois que les progrès scientifiques et techniques permettront non seulement de la ramener à la vie, mais également de soigner la maladie dont il est mort.

Depuis quelques années, on entend parler de réaliser un diamant à partir de cendre de défunt. Eh oui, notre corps est constitué de carbone et c’est également l’ingrédient principal du diamant ! Bon là il n’a plus rien de naturel, mais cela reste un diamant malgré tout grâce à sa composition chimique 😉. La technique est simple, on ponctionne 500 g de cendre et ensuite, on en extrait le carbone au travers d’une machine, on chauffe à plus de 1500° et voilà votre diamant 👍 Ici bien sûr, j’exagère le trait, car c’est technique et ça prend pas mal de temps en fait, genre au moins 15j. Pour l’instant, c’est encore interdit en France, vous trouverez des sociétés au États-Unis ou en Suisse qui pourront réaliser ce procédé. Le coût reste important et plus, vous voudrez des carats et plus ce sera cher 😉

Je terminerai ce sujet avec le don du corps à la science. Il est à noter que suite au scandale Paris Descarte sur la conservation indécente de milliers de cadavres au sein de cette université, un nouveau décret a été rédigé, le 2022-719 du 27 avril 2022 relatif au don de corps à des fins d’enseignement médical et de recherche. 

⚠ Que ce soit la cryogénisation ou le don du corps à la science, il est à noter que ces choix doivent être faits/réalisés/signés/contractualisés du vivant de la personne.

2 – Réfléchir à sa mort : Les autres se souviennent 

Et les proches choisissent le souvenir…

Faire le choix du souvenir, ce sont les proches qui le font, ou pas, d’ailleurs 😂. Ce service peut être mis en place de plusieurs manières et avec l’ère du digital, c’est de plus en plus accessible et facile pour les familles dispersées.👍

Je connais pour ma part 2 plateformes qui proposent ce type de services, il s’agit pour la 1ʳᵉ de Alanna, une startup qui a ouvert ses portes en octobre 2021. L’idée est partie d’une envie de faire le lien entre les valeurs humaines et le digital. La seconde est inmemori dont le concept est de revendiquer l’intimité de l’espace ainsi que son côté privé. 

Je conclurais cet article déjà très fourni, et qui, j’espère, aura pu vous éclairer sur certain point, par vous partager un dernier média dédié au sujet de la mort : HappyEnd. Vous pourrez y trouver des articles d’information, des témoignages ainsi que des focus sur des initiatives innovantes. Il a été créé en 2018 par la journaliste Sarah Dumont. Ce site tente de lever nos peurs avec un regard positif sur ce sujet encore trop tabou.

Alors, ça vous a fait quoi de “réfléchir à sa mort” afin de ne pas laisser ce calvaire aux vivants ?

Prenez soin de vous 🙏

 

Sources : https://www.legifrance.gouv.fr/

https://complexeaeterna.com/

https://www.demarches.interieur.gouv.fr/

https://fr.wikipedia.org/

https://deces-info.fr/

https://cj-creation.fr/

https://www.sinaling.com/

https://www.lassurance-obseques.fr/cryogenisation-morts-solution-davenir/

https://www.obseques-infos.com/

https://www.happyend.life/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *